À l'antenne 00:15 - 02:00Ambition Fatale (Allemagne)
Demain20:50 - 22:35Obsession (Pays-Bas)

Cinéma croate

 

 

 


Cinéma croate
La conquête de l’indépendance

Faisant partie de l’ex-Yougoslavie, l’histoire du cinéma croate est à l’image du reste de l’histoire de ce pays et de sa renaissance suite à son indépendance dans les années 1990.

L’histoire du cinéma croate commence en octobre 1896  lorsque la première projection a eu lieu à Zagreb. Cependant, ce n’est qu’à partir de 1906 que le grand public peut se rendre au cinéma dans la capitale. A ce moment-là, des amateurs enthousiastes tels que Josip Karama et OktavijanMiletić réalisent de nombreux films.

Brcko u Zagrebu, sorti en 1917 et réalisé par Arsen Maas, est considéré comme le premier long-métrage croate.

L’ère yougoslave

Utilisé de manière similaire que dans d’autres pays européens, le cinéma était un outil vital de propagande pour le régime yougoslave. Pendant cette période, quelques réalisateurs croates gagnent une reconnaissance internationale, comme ce fut le cas pour BrankoMarjanović, qui en 1943 réalise le documentaire Straža na Drini (La Patrouille de la rivière Drima) récompensé du Lion d’Or au Festival de Venise.

Au début de la décennie suivante, les techniques modernes se développent dans le cinéma croate. A la surprise générale, les années 1960 voient la croissance exponentielle du nombre de dessins animés dans le pays et la création d’une école de film d’animation, l’Ecole de Dessin Animé de Zagreb.

En effet, grâce à l’animation, la Croatie gagne son tout premier Oscar avec le court métrage Surogat (Ersatz), réalisé par l’auteur DušanVukotić originaire du Monténégro. Ce film est le premier à casser le monopole de Disney sur les Oscars, changeant à jamais le paysage de l’industrie de l’animation.

Les années 1990 et la Nouvelle Ère

Après son indépendance, la culture du cinéma croate connaît des difficultés à cause de guerres multiples et des conflits ethniques dans l’ex-Yougoslavie. Très peu de productions sortent en salles et celles qui arrivent sur le grand écran sont reçues négativement par le public.

Cependant, au milieu des années 1990, une nouvelle génération de réalisateurs apparaît sur scène. Leur mouvement, le Jeune Cinéma Croate, représente des histoires innovantes, aussi bien des comédies que des drames. VinkoBrešan et ZrinkoOgresta deviennent les figures principales de cette nouvelle ère du cinéma croate, et atteignent un succès local et international avec des films tels que Mondo Bobo (1997), Isprani (Washed Out, 1995), vainqueur du Prix Italia, et Crvenaprašina (RedDust, 1999), récompensé au Festival de Film d’Haifa. Au tournant du millénaire, le cinéma croate prospère avec des réalisateurs comme Arsen A. Ostojić, nominé au Prix du cinéma européen, et Ognjen Sviličić.

 

Cinéma roumain

Inscrivez-vous à la Newsletter Eurochannel !

Ne manquez rien de notre programmation et de nos concours et événements exclusifs !