Interview avec François Bégaudeau

Begaudeau

Begaudeau

Begaudeau

Interview avec François Bégaudeau

Comment vous êtes-vous retrouvé à travailler sur ce projet ?
J’ai rencontré Pierre Courrège par un ami commun. Il cherchait un coscénariste pour écrire Un homme d’Etat, dont il avait l’idée générale. L’homme et l’idée m’ont plu, nous nous sommes lancés.

En plus de votre rôle de journaliste dans le film, vous êtes aussi l'un des scénaristes. Comment avez-vous eu l'idée de cette histoire, et quel message souhaitiez-vous véhiculer ?
Il ne faut pas inverser les choses. J’avais co-écrit le film, et au moment de préparer le tournage, Pierre m’a demandé d’incarner le journaliste. Je l’ai fait par amitié pour lui, et pour dépanner. Et aussi pour m’amuser, car jouer est un loisir agréable.

Le film ne délivre pas de message. Il prend acte d’une certaine situation du jeu républicain, et tâche d’explorer ce que peut bien recouvrir, aujourd’hui, cette notion d’homme d’Etat. Nous tâchons juste de montrer qu’en politique, il n’y a pas de position pure. Même en se situant au-dessus des intérêts mesquins, Bergman est obligé de descendre dans l’arène, et d’y faire preuve de roublardise, pour arriver à vaincre le candidat véreux.

Peut-on retrouver de véritables politiciens français parmi les politiciens fictifs du film ?
Évidemment, le Président en exercice a beaucoup fait songer à Sarkozy, à la sortie du film. Mais ce n’était pas vraiment notre objectif. D’ailleurs, parmi le cheptel politique français, Sarkozy n’a pas le monopole de la malhonnêteté intellectuelle. Quant à Bergman, je ne suis pas sûr qu'il ait un équivalent dans la vraie vie, qu'on le déplore ou non.

Vous vous êtes fait connaître mondialement grâce à votre rôle dans Entre les murs. Qu'est-ce que ça vous a fait de revenir à un rôle secondaire ?
Je ne suis pas acteur, je n’ai jamais envisagé de l’être. Les circonstances m’ont fait reprendre du service pour Un homme d’Etat. Le rôle n’aurait eu qu’une scène, je l’aurais fait aussi. C’est aussi les circonstances qui m’ont fait endosser un rôle au théâtre en 2014. Je pratique l’actorat comme certains vont au ski. Selon les occasions, et pour le plaisir.

Au cours de votre carrière prolifique, vous avez été scénariste, musicien et acteur. Que préférez-vous, et pourquoi ?
J’ai écrit quinze livres entre 2000 et 2016. Je suis écrivain. Le reste est périphérique (sauf la musique, mais c’était les années 90)

Que ressentez-vous du fait que 10 ans après Entre les murs, on vous reconnaisse toujours pour votre rôle dans ce film ?
Ceux qui me lisent me reconnaissent pour ce que j’écris. Les autres inventent les fables qu'ils veulent.

Souhaiteriez-vous adapter en film une autre œuvre de la littérature réaliste ?
Mon quatrième roman, nommé Entre les murs, a été adapté par Laurent Cantet, qui m’a demandé de l’aider au scénario et de jouer le rôle principal. Je n’ai pour ma part jamais adapté de livre. C’est le contraire qui se passe, avec Kechiche qui est en train de tourner une adaptation de La blessure la vraie.

Travaillez-vous sur d'autres projets en ce moment ? Pouvez-vous nous en parler ?
Je travaille sur une pièce de théâtre et un roman. Par ailleurs sort cette semaine un film dont j’ai co-écrit le scénario, qui s’appelle Rupture pour tous. C’est une bonne comédie je crois.

Retour à Un homme d'État

Inscrivez-vous à la Newsletter Eurochannel !

Ne manquez rien de notre programmation et de nos concours et événements exclusifs !